Une ancienne industrie nyonnaise qui flambait

La fabrique d’allumettes

28 juin 1985, le dernier vestige de la fabrique d’allumettes Diamond SA s’écroule !

La cheminée de la fabrique d'allumettes

La chute du dernier vestige de l’ancienne fabrique d’allumettes Diamond SA, le 28 juin 1985

La production avait cessé fin 1982. Dans un communiqué du 18 mars 1982 la direction annonce : “La consommation (d’allumettes) a baissé de près de la moitié depuis 1975 ! Cette situation est la conséquences de divers facteurs : diminution du nombre des fumeur, apparition des briquets jetables, l’automisation de nombreux appareils de cuisine et de chauffage équipés de leurs moyens d’allumage.” Pourtant seul fabricant d’allumettes en Suisse depuis 1976,  face à la baisse de consommation et à la concurence Diamond SA va fermer l’usine nyonnaise et concentrer sa production en Belgique.

Pendant plus de 80 ans des allumettes ont été fabriquées sur le site de Nyon. Une annexe avait été ajoutée en 1941 à l’usine d’origne érigée entre 1899 et 1901.

La fabrique d’allumettes Diamonds SA,
au nord de la gare de Nyon, dans les années septantes
Vue de l'usine d'allumettes
La fabrique d’allumettes, en 1904, peu après son installation en Prélaz.

Equipée d’un matériel performant, régulièrement modernisée, la fabrique assuraient la production pour la Suisse entière. En plus des allumettes en boîte, on vit sortir de l’usine des pochettes pour fumeurs, grace à l’installation d’une nouvelle machine automatique. Ce nouveau produit connu un tel succès qu’on acheta une deuxième machine pour augmenter la production.. Ainsi environ 180’000 à 200’000 boîtes, format 4/4 ou 3/4 et environ 750 à 800’000 étuis-pochettes “Chamois”, contenant chacun 24 allumettes étaient livrés chaque jour.

En 1889, à la suite d’un arrangement avec la compagnie new-yorkaise “The Diamond Match Co” une société anonyme fut créée sous la dénomination “Fabrique d’allumettes Diamond SA”. Elle a repris l’exploitation de la fabrique,  fondée vers 1885, une fabrique d’allumettes dites “suédoises”, par messieurs Bohy, Gallay & Cie. Cette fabrique occupait un immeuble à la route de Saint-Cergue 15.

Exemples de la production de l’usine de Nyon

 

En cette période de fêtes, où souvent on allume des bougies, une petite pensée pour les ouvrières et ouvriers qui pendant des années ont travaillé dur pour produire des allumettes.

 

 

 

 

 

 

Elisabeth Bourban

A propos de Elisabeth Bourban

Passionnée de recherche, l'archiviste de la Ville de Nyon partage avec vous ses découvertes sur le passé de Nyon - anecdotes, récits d'événements, photographies, extraits d’archives... - et vous invite à évoquer vos propres souvenirs.
Cet article a été publié dans De notre collection photos, De notre revue de presse. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *