Eclairage sur le clocher du temple de Nyon

Dans le cadre des Journées du patrimoine sur le thème “feu et lumière”,  intéressons-nous au clocher du temple de Nyon.

Vue du clocher du temple de Nyon

Une grande restauration vient de débuter au temple de Nyon, pour cela des échafaudages ont été installés autour du bâtiment. Profitant de ces “balcons” les visiteurs pourront découvrir le clocher depuis l’extérieur dans toute sa hauteur, la ville vue d’en-haut et les cinq cloches. Expérience unique jusqu’à aujourd’hui, profitez-en et participez aux journées du patrimoine, munissez-vous de bonnes chaussures, l’on vous fournira le casque de chantier et en avant pour la découverte.

 

 

Même si le temple date du Moyen-Age, le clocher actuel n’a pas encore un siècle.
C’est en effet en 1936 seulement qu’il a été reconstruit. En trois mois l’édifice est en place!
On a choisi de le faire en béton armé au lieu des pierres de taille initialement prévues pour une raison de coût. Dans le dossier on trouve une petite phrase qui prend toute sa signification aujourd’hui : “…Charge aux générations futures de s’en préoccuper”. Ils ne croyaient pas si bien dire.

Qui dit clocher dit cloches! Cinq cloches furent montées en grande pompe pour une cérémonie inaugurale qui coïncida avec les fêtes du 4e centenaire de la Réformation. Quatre cloches furent fondues par la maison Ruetschi à Aarau, cloches offertes  par la population nyonnaise, par les dames de la paroisse et par les écoles. Une cinquième cloche, celle de 1518, complète l’ensemble. Pas vraiment… manque toujours le bourdon, la place est prête depuis 1936, mais il tarde à venir.

Avant cela le temple resta 140 ans sans clocher. Pourquoi ?

Le temple de Nyon au début du XXe siècle.

Depuis des siècles de grands problèmes statiques menacent l’édifice. Devant la crainte d’un effondrement on décida en 1795 de démolir la partie supérieure du clocher au-dessus du choeur actuel.

Les paroissiens durent se passer de clocher.

 

 

Le temple et la cure de Nyon, vers 1906.

Qu’advint-t-il des cloches ? Elles devinrent vagabondes. Une s’en alla au château, une à l’hôtel des postes les autres dans la tour de l’horloge, construite pour les accueillir, les deux dernières restèrent sur le sol du choeur jusqu’en 1804. Date à laquelle on en vendit une et l’autre fut fondue sur place. Aujourd’hui subsite la cloche de 1518. Initialement installée dans l’église Saint-Jean, elle porte les patronymes de huit saints de la légion thébaine. (Eraclius, Paulus, Aquilinus, Annicius, Alexander, Valerianus, Macrinus, Gordianus). Elle passa son exil dans la tour de l’horloge. On pense qu’elle doit sa conservation à la beauté du son qu’elle produit. Témoin important de l’histoire campanaire de la région elle continue à “enchanter” les Nyonnais.

Profitez de venir l’admirer en ce week end des journées du patrimoine.
(Pour les heures de visite se référer au programme des journées du patrimoine.)

Catherine Schmutz Nicod et Elisabeth Bourban-Mayor

Elisabeth Bourban

A propos de Elisabeth Bourban

Passionnée de recherche, l'archiviste de la Ville de Nyon partage avec vous ses découvertes sur le passé de Nyon - anecdotes, récits d'événements, photographies, extraits d’archives... - et vous invite à évoquer vos propres souvenirs.
Cet article a été publié dans De nos lecteurs, De notre fonds d'archives
Mots-clés , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *