Création d’une place où l’on perd “son” temps

La place Perdtemps de nos jours

La place Perdtemps de nos jours

Tout le monde reconnaît le parking de la place Perdtemps comme on peut le voir aujourd’hui. Mais il n’en a pas toujours été  ainsi, passons en revue différentes étapes de la vie de cette place.

 Il y dix ans le parking est équipé d’une barrière et d’un système de ticket avec la première heure gratuite. L’usage du paiement date de 1979. Les voitures ont pu occuper complètement l’espace petit à petit depuis 1962, date de la création des premières 180 places.

Dans des temps antérieurs cette place est un grand espace herbeux à disposition des habitants de la ville de Nyon. Pendant longtemps cette vaste plaine est aussi  à disposition des sociétés locales. On peut y voir des matches de football, de basket, des concours hippiques, on y participe à des fêtes, des foires, on s’y amuse au cinéma, sur des manèges, ou tout simplement sur l’herbe.

Jeux d'enfant sur la place Perdtemps

Jeux d’enfant sur la place Perdtemps

Parlons un peu des manifestations qui ont lieu sur cette place.

Annonce de l'arrivée du cirque à Nyon, La Côte 13 septembre 2013

Annonce de l’arrivée du cirque à Nyon, La Côte 13 septembre 2013

Aujourd’hui seul notre cirque national, le Cirque Knie, occupe encore le lieu pour ses  représentations. Chaque année traditionnellement aux alentours du jeûne fédéral le chapiteau est dressé au centre de la place. Pour trois jours Perdtemps redevient un espace de fêtes et de spectacles. Une ménagerie installée en bordure de la place fait la joie des petits visiteurs comme des plus grands.

Le montage et le démontage du chapiteau est très spectaculaire et certains n’hésitent pas à se lever très tôt ou à se coucher tard pour pouvoir profiter du spectacle. La place garde des traces de ce passage tout au long de l’année, en effet des marques signalent la position des encrages pour la fixation de la structure.

 

 

Papillon annoncant Expo-Nyon

Papillon Expo-Nyon

Un autre événement a occupé l’espace de 1990 à 1995, à six reprises,  pour une foire en l’honneur des artisans, des commerçants, des entrepreneurs locaux. Deux immenses bulles occupaient tout l’espace de la place. Et durant environ une semaine les Nyonnais pouvaient parcourir les  différents stands, se restaurer et faire la fête entre amis.

En 1996, la manifestation n’a pas lieu. Il y a eu des problèmes avec le voisinage, notamment à cause du bruit généré par les compresseurs qui maintiennent la pression sous les bulles. En 1997 la foire se déplace à Colovray.

 

Si nous remontons encore le temps d’autres foires prennent possession de l’espace Perdtemps par exemple pour une “Foire aux jambons” qui a lieu en 1913. Avec de nombreuses animations, même un cinéma ambulant, la place paraît très animée.

Des manifestations plus officielles se déroulèrent à cet endroit, parlons du Tir cantonal de 1906 par exemple : Grande fête “sportive”, organisation gigantesque avec de nombreuses constructions érigées sur la place et aux alentours comme le montre le plan ci-dessous.

Plan du Tir cantonal 1906

Plan du Tir cantonal 1906

La magnifique cantine élevée spécialement à cette occasion apparaît sur une carte postale éditée pour l’évènement. Plus tard, en 1930, c’est la salle communale qui occupera à peu près cet emplacement.

Cantine du Tir cantonal 1906 sur la Place Perdtemps

Cantine du Tir cantonal 1906 sur la Place Perdtemps

De quand date cette place ? On peut, d’après les documents conservés aux Archives de la Ville, résumé sa création ainsi :
Ce nom de lieu, qui s’écrivait autrefois « Pertems », apparaît avant le XVIe siècle, mais c’est alors que la Ville acquiert des parcelles de terrains, de jardin ou de vigne sis hors les murs, près des moulins.

Il est même précisé en 1586 lors d’un achat de terrain, que la parcelle ainsi acquise est destinée « à l’agrandissement de la place commune récemment aménagée pour tenir les foires, faire l’exercice à l’arquebuse et servir de place de rassemblement d’une compagnie pour le service de leurs Excellences de Berne ».

Parchemin de 1586 officialisant la vente d'une parcelle pour créer une place de tirage

Parchemin de 1586 officialisant la vente d’une parcelle pour créer une place de tirage

Le parchemin ci-dessus peut être résumé ainsi : “1586 mars 21. Vente faite sous Autorités de justice, par les tuteurs de Jean fils pupil de feu Honnête Claude Primet bourgeois de Nyon, à ladite Ville de Nyon, pour faire les tirages des feux & tenir les foires, & assemblées compagnie dans le besoin, d’une pièce tant terre, pré, que uttins, située auprès de ladite ville , lieudit En Prélaz soit en Brayes & joignante une place commune de ladite ville; et ses limites jouxte la place de Perd-temps appartenant à ladite ville et nouvellement acquise de plusieurs personnes, tant pour échange que autrement du lac; le chemin soit sortie de Prélaz de joux, et les curtils & chenevriers des Hoirs d’Egrège Georges Panissod, du vent et bise. Au prix de 550 florins. Signé Du Coster”. (Inventaire Thurey – 1757)

Quelques définitions pour éclairer le texte : tirage = tir, uttins = vigne grimpant sur des arbres morts, curtil = jardin,  lac – joux – vent – bise = points cardinaux, chenevrier = plantation de chanvre.

On apprend dans un acte de 1594 que sur une parcelle de jardin en marge de Pertems se situent les cibles du tirage.

En 1760 la Ville cherche à acquérir encore les terrains avoisinants la place Perdtemps, car celle-ci est devenue trop petite pour les revues militaires. C’est chose faite en 1761 la place est agrandie par plusieurs achats.

Dès 1876 Perdtemps cessa d’être un stand de tir.

Malgré les croyances populaires en cours à Nyon, aucune famille Pertems, soit disant donatrice de la dite place n’apparaît dans nos archives. La place Perdtemps s’est bien peu à peu constitué par achat ou par échange, pour assurer à la ville une place d’arme, de manifestations selon, au départ, les vœux de Leurs Excellences de Berne.

Elisabeth Bourban

A propos de Elisabeth Bourban

Passionnée de recherche, l'archiviste de la Ville de Nyon partage avec vous ses découvertes sur le passé de Nyon - anecdotes, récits d'événements, photographies, extraits d’archives... - et vous invite à évoquer vos propres souvenirs.
Cet article a été publié dans De notre collection photos, De notre fonds d'archives, De notre revue de presse
Mots-clés , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *